Archives de catégorie : Non classé

NEWSLETTER DU SAMA DE DÉCEMBRE 2022

MOT DU PRÉSIDENT

Edito du Président 

Chers amis,Le 30 septembre 1972 se créait autour du Docteur Jacques Henri Baixe à Toulon l’AMA, association d’anciens médecins des armées regroupés pour défendre leurs intérêts professionnels en particulier face à la CARMF : Voilà donc 50 ans que cette volonté se manifestait publiquement de se solidariser pour faire face à des problèmes inhérents à notre statut. Quelques mois plus tard l’AMA devait se transformer en SAMA afin de pouvoir ester en justice dans le cadre du code du travail pour récupérer les retraites injustement spoliées.De cette période très peu d’entre nous sont encore là et seul Louis Reymondon a dû participer à ces toutes premières réunions. Si un demi-siècle plus tard, le SAMA est toujours debout, c’est qu’il a dû répondre avec succès à un certain nombre de ses missions dont les 3 principales sont d’aider à la reconversion des médecins des armées, de veiller sur nos retraites et de défendre l’image de marque du Service de Santé des Armées. Nous n’en serons jamais assez reconnaissants à ces générations de camarades qui se sont dévoués pour assurer cette continuité, à l’image entre autres de notre si fidèle Yves Pirame.Le combat est-il fini ? Sommes-nous arrivés à surmonter toutes les difficultés et aider à résoudre tous les problèmes ? Les perspectives sont-elles définitivement claires pour les médecins et en particulier pour les anciens médecins des armées ? Au regard du peu de volontaires pour assumer quelques responsabilités, du peu d’enthousiasme que soulèvent nos diverses activités, du peu d’adhérents qui se manifestent, on serait porté à le croire… !Et pourtant je ne suis pas si naïf et je connais les difficultés rencontrées par certains pour se reconvertir dans de bonnes conditions, pour faire valoriser leurs acquis, pour toucher l’intégralité d’une retraite méritée, pour concilier activité professionnelle et Réserve Opérationnelle, et nombre d’autres sujets professionnels et familiaux. Le SAMA se justifie encore pleinement.Alors peut-on abandonner ce drapeau érigé il y a 50 ans par ces camarades à la fois lucides et généreux lorsque que nous bénéficions tous des dispositions acquises parfois au prix de rudes combats juridiques, politiques et économiques entre autres ? Le confort de nos vies personnelles et la surcharge de travail ne doivent pas nous faire oublier qu’il faut poursuivre l’aménagement de cette route tracée depuis un demi-siècle. Les circonstances actuelles sont propices à ce réengagement car notre bureau évolue et les axes de travail sont plus spécifiquement identifiés : notre président sortant Gérard Desmaris pour des raisons de santé persistantes a dû laisser la place et notre secrétaire général Michel Robert surchargé par d’autres responsabilités s’est également mis en retrait.  Qu’il en soit tous les deux très sincèrement remerciés et sûrs de notre profonde reconnaissance. Nous comptons toujours sur eux pour des missions plus ponctuelles.  Ainsi donc notre nouveau cadre et notre fidèle Catherine vont permettre à notre nouveau bureau de travailler toujours plus efficacement comme vous pourrez le voir dans le rapport moral de notre dernière AG. Elle a confié le secrétariat général à Pierre Leroy, consolidé sa confiance à Xavier Loniewski pour faire des miracles avec notre trésorerie, et n’a trouvé d’autre successeur pour la présidence que moi-même en attendant un candidat ou une candidate pour le prochain mandat. Notre nouvelle équipe, faite d’anciens, va néanmoins pouvoir faire face avec enthousiasme aux problèmes qui surgissent (suppression de l’internat pour les militaires, remise en cause des équivalences de titre, réforme des retraites, refonte du Guide, etc…). Mais est-ce bien normal de ne pas trouver de plus jeunes pour ces charges si déterminantes ?Les temps changent et l’individualisme prévaut.Lorsque les vents sont contraires, il faut se rassembler, se donner les moyens d’agir et retrousser les manches. Je veux croire que nous pouvons compter sur chacun d’entre vous.La prochaine occasion de le montrer va être notre traditionnel repas de fin d’année le 17 décembre sur un bateau-mouche à Paris au cours duquel sera tirée notre tombola si nécessaire à notre fonctionnement. Venez nombreux nous rejoindre, seuls ou accompagnés, pour entretenir notre camaraderie qui n’est pas un vain mot. Présents ou dans l’impossibilité de nous rejoindre, prenez des billets pour cette tombola : ses revenus ne servent exclusivement qu’à poursuivre ce travail entrepris par une bande de copains qui refusaient de croire à la fatalité et savaient que l’union faisait la force ;A très bientôt donc et longue vie au SAMA.
Bernard Lefevre
Président du SAMA
 

Compte rendu de l’Assemblée Générale du 22 octobre 2022 





ANNONCE

Nous recherchons un médecin généraliste ou spécialiste avec une expérience d’expatriation en zone tropicale. Il s’agit d’un poste salarié en temps partiel (au moins deux jours par semaine) ou temps plein, sur l’année ou pour des remplacements ponctuels.  Notre centre réalise des bilans de santé pour des salariés des grandes entreprises (du pétrole, de la banque, de l’énergie éolienne…) amenés à voyager dans le cadre professionnel.

mps@cmete.com

Dr Marie PLISSON-SAUNE – Directeur Médical

COTISATION 2022

N’oubliez pas de régler votre cotisation 2022, celle-ci est nécessaire pour la survie du SAMA.

Ci-dessous bulletin à remplir et à envoyer à GOMED-SAMA – 34, rue Laffitte – 75009 PARIS.

Ne pas tenir compte de cet appel si vous avez déjà réglé votre cotisation 2022.

LA TOMBOLA DE NOEL 2022 DU SAMA 

Chers camarades,

Réservez dès maintenant la date du Samedi 17 Décembre 2022 pour notre repas traditionnel de fin d’année et sa tombola. Cette année encore, des lots de qualité vous sont réservés. 

Mobilisons-nous tous, en prenant au minimum 1 ticket à 20 euros (mais tentez les lots de 5 tickets) et permettez-nous de réaliser notre mission. Si votre disponibilité ne permet pas de vous investir davantage dans le SAMA, aidez-nous en participant à cette tombola vous ne le regretterez pas !

 Le tirage de cette tombola se fera au cours d’un repas ludique de fin d’année avec tous les camarades du SAMA, leurs conjoints et leurs amis s’ils le désirent le samedi 17 décembre 2022 à 12 h 00 à Paris sur un bateau-mouche.

Vous pouvez adresser au SAMA, dès à présent, votre demande de tickets de 20 €, par chèque d’un montant de 20 € ou d’un multiple de 20 €. Il vous sera adressé en retour les numéros de vos tickets, par e-mail de préférence, pour des raisons de gestion : reprécisez votre e-mail lors de votre envoi, si vous en avez un. De même, l’adresse de l’embarquement pour la mini croisière vous sera adressée.

Nous vous souhaitons bonne chance !

 Je désire participer à la TOMBOLA du 17 DECEMBRE 2022Je souhaite acheter : —————   ticket(s) de 20 € pour un total de : —————- €Je m’inscris pour le Déjeuner du 17 Décembre 2022 à Paris,     Nombre de personnes : ————-  (Montant de 66 € par personne)    Je joins un chèque global à l’ordre du SAMA :     Montant tickets : ——-x 20 € = ………. €         Montant repas : ——- x 66 € = ………… €                                                            TOTAL :  ———– €  Nom/Prénom : —————————————————————————————-E-mail : ———————————————————@————————————–Adresse : ——————————————————————————————————————————————GOMED -SAMA 34, rue Laffitte – 75009 PARIS tél : 07 50 55 66 62       —————————————————————————————————————————————————–SAMA 79, rue de Tocqueville 75017 PARIS Tél : 01 44 29 01 24
 
 
 Je désire participer à la TOMBOLA EXCEPTIONNELLE DU 12 DECEMBRE 2009Je souhaite acheter : —————   ticket(s) de  20€ pour un total de : —————- €Je m’inscris pour le Déjeuner du 12  Décembre à Paris, (montant de 30€ par personne)            OUI, Nombre de personnes :                               NON :  Je joins un chèque global  à l’ordre du SAMA:          Montant  tickets  :           Montant repas :                                                                                              TOTAL : ———– €Nom/Prénom : ———————————————  Email : ——————@—————Adresse : ————————————————————————————————

RECHERCHE DE MÉDECIN GÉNÉRALISTE OU SPÉCIALISTE

Nous recherchons un médecin généraliste ou spécialiste avec une expérience d’expatriation en zone tropicale. Il s’agit d’un poste salarié en temps partiel (au moins deux jours par semaine) ou temps plein, sur l’année ou pour des remplacements ponctuels.  Notre centre réalise des bilans de santé pour des salariés des grandes entreprises (du pétrole, de la banque, de l’énergie éolienne…) amenés à voyager dans le cadre professionnel.

mps@cmete.com

Dr Marie PLISSON-SAUNE – Directeur Médical

L’Assemblée Générale du SAMA DU SAMEDI 04 DECEMBRE 2021

RAPPORT D’ACTIVITE

(Michel ROBERT, Secrétaire Général)

Depuis notre Assemblée Générale du 30 mars dernier qui n’a pu se tenir qu’en conférence téléphonique, le bureau s’est réuni à 5 reprises et a pu organiser 2 CA, tout cela en distanciel bien sûr, contexte sanitaire oblige.

1- COMMUNICATION

Le SAMA, comme beaucoup d’Associations, a été mis à mal par l’absence de contacts et de communication directe à l’origine d’un repli sur soi quasi général. Et le publipostage de 2 newsletters (les 16 juin et 25/09) n’a pas suffi non plus à provoquer la réactivité ou l’interactivité souhaitée avec nos adhérents.

L’incendie de la plateforme d’hébergement de notre site, que nous avait déniché Bernard Lefevre, a également assombri notre espoir de meilleure visibilité. Il va nous falloir trouver rapidement un mode de communication plus souple et à la hauteur de nos moyens. La Survie du SAMA en dépend ne serait-ce que pour nous faire connaître du flux de médecins quittant le service.

Une porte est sans doute à rouvrir, celle de la Presse Médicale et d’Actu Santé, la très belle revue en ligne du Service de santé. B. Lefevre vous en parlera.

A noter quand même en matière de représentation un RDV fructueux auprès du Nouveau Directeur Central Le MGA Philippe ROUANET de BERCHOUX qui a reçu B. Lefevre et G. Desmaris le 5 juillet et 2 rendez-vous ratés à Lyon, la journée des Anciens en juin et le baptême de promotion du 2 octobre pour lesquels nous n’avons pas reçu les invitations officielles habituelles.

2- ADHERENTS ET RESSOURCES HUMAINES

Les ressources financières sont le nerf de la guerre. Sans cotisations suffisantes toute association est vouée à s’éteindre. Notre dernier annuaire remonte à 2013. On y note sur 270 adhérents dont pas moins de 130 adhérents en DRT cad Double Retraité. Je vous laisse deviner la moyenne d’âge et le genre de préoccupations de ces promotions lointaines.

Les modifications incitatives par le biais d’un bulletin de relance de cotisations plus adapté incluant notamment le bénéfice d’un crédit d’impôt à hauteur de 66% pour cotisations syndicales y compris pour les DRT n’ont pas été concluantes et le taux de cotisations reste faible autour de 15%.

D’un autre côté les ressources humaines du SAMA sont dans le rouge. Nul besoin de vous faire un dessin.

La mise à l’écart de notre Président Gérard Desmaris pour quelques mois et la disparition de notre regretté J-L Pinaud nous ont obligés à plonger dans notre « réserve intérimaire » en faisant appel à 2 présidents honoraires, Bernard Lefevre et Xavier Loniewski, que l’on remercie vivement, eu égard à leur santé pour l’un et à la charge professionnelle pour l’autre. Mais le compte n’y est pas. La porte est grande ouverte aux candidatures à 3 postes d’adjoints et à des compétences en informatique. Osez !! Vous ne le regretterez pas.

Belle embellie dans ce tableau, l’arrivée (en remplacement de Christine Lepahun retraitée depuis le 1° juin) de Célia Paillard, un véritable bonheur et déjà une collaboratrice efficace et appréciée.

3- RAJEUNISSEMENT et FEMINISATION DES MEMBRES ET DES ADMINISTRATEURS.

Ce sujet est capital et sera le grand chantier des mois à venir. Notre handicap à la « pêche » aux sortants du service actif tient au manque de concertation avec la DCSSA mais cela est en cours de régularisation. Les médecins en activité ont désormais accès aux infos sur le SAMA et au guide de la reconversion en ligne par le site Intradef. En revanche, il nous est impossible de connaître la liste nominative de toutes celles et ceux qui quittent quotidiennement le Service et ne nous contactent pas !!!

Il nous faudra donc aller les chercher un par un et les convaincre. De nombreuses pistes vont être explorées. Notre président va vous les exposer. Nous en appelons également et pourquoi pas à vos idées et vos initiatives.

Merci de votre attention

PROPOSITION DE MODIFICATION DES STATUTS DU SAMA 04 décembre 2021, assemblée générale extraordinaire à Paris

Modifications concernant :

  • –  Article 1
  • –  Article 2 paragraphe 1Article 1 : DENOMNATIONTexte actuel :
    Il est créé un syndicat dénommé « Syndicat Professionnel des Anciens Médecins des Armées » (Terre, Mer, Air) : SAMA, régi par le livre IV du Code du travail et les présents statuts Proposition nouvelle qui tient compte de l’acception désormais acquise de sa démarche :
    Il est créé un syndicat dénommé « Syndicat des Anciens Médecins des Armées » : SAMA, régi par le livre IV du Code du travail et les présents statutsArticle 2 : OBJETTexte actuel :
    Le syndicat a pour objet :

1) De grouper les Anciens Médecins des Armées, retraités ou non, afin de défendre leurs intérêts matériels ou moraux, économiques ou professionnels.
Sont anciens « médecins des armées françaises » :

  • –  Les anciens élèves des Ecoles de Santé des Armées
  • –  Les médecins issus du milieu civil ayant effectué un contrat de service continu d’au moins deux ans dans le Service de Santé des Armées.Proposition nouvelle qui tient compte de l’évolution des missions du Service de Santé des Armées :Le syndicat a pour objet :

2) De grouper les Anciens Médecins des Armées, retraités ou non, afin de défendre leurs

intérêts matériels ou moraux, économiques ou professionnels. Sont anciens « médecins des armées françaises » :

  • –  Les anciens élèves des Ecoles de Santé des Armées
  • –  Les médecins issus du milieu civil ayant effectué un contrat de service continu d’au moins une année dans le Service de Santé des Armées.
  • –  Les médecins issus du milieu civil appartenant à la Réserve Opérationnelle ayant effectué au moins quatre mois d’OPEX ou ayant été blessés en cours de service.

LA NEWSLETTER DU SAMA DE JUILLET 2020: COVID ET CHIRURGIE

05/07/2020SAMA COVID ET CHIRURGIE
Edito du Président Cher(e)s camarades,La newsletter de juin était conséquente mais forcément incomplète. Voici donc la contribution de Xavier notre ancien président qui exerce la chirurgie en clinique du secteur privé. Si vous aussi voulez faire part de votre ressenti n’hésitez pas. Vous n’avez peut-être pas toujours le temps ou hésitez à écrire un texte bien léché qui sera lu par tous; c’est pourquoi Bernard Lefebvre propose une communication interactive plus facile et moderne avec une application dédiée sur smartphone. Pourquoi pas, nous allons examiner cela. Aujourd’hui les mesures d’exception sont partiellement levées, en particulier le confinement général depuis le 11 mai en France métropolitaine. L’épidémie semble contrôlée mais le virus continue à circuler pour preuve les presque trois cents clusters identifiés, heureusement sans malades graves. L’hypothèse d’une future « deuxième vague » est cependant toujours activement débattue. L’observation en hémisphère Austral, comme pour la grippe, sera une indication. Malgré des avancées scientifiques rapides et indéniables, ce virus, sur bien des plans comme les facteurs de pathogénicité ou l’épidémiologie, reste encore mystérieux. C’est à l’évidence un virus très dangereux pouvant tuer rapidement un grand nombre de contaminés. Aussi nous ne pouvons qu’approuver les moyens exceptionnels donnés rapidement à la recherche. Cependant il ne faudrait pas oublier les autres grands fléaux de l’humanité déjà connus et pourvoyeurs d’un très grand nombre de décès. Je vous souhaite de bons mois de juillet et août en attendant de se retrouver en forme à la rentrée.
Gérard DESMARIS,
Président du SAMA.

COVID ET CHIRURGIE

12 mars 2020, je suis tout bonnement en vacances depuis une semaine dans le midi chez un ami qui a bien voulu me recueillir mon épouse et moi-même, la station de ski où nous avions prévu d’aller ayant eu le « bon goût » de fermer en 24heures sans préavis.

Problème comment revenir à Paris où le travail m’attend : programme complet, nombreuses consultations… ? En fait, pas de problème, le caducée est un sésame qui pour une fois est très utile face à la vindicte gendarmesque. En deux mois de confinement, on ne m’a demandé qu’une seule fois ma carte de médecin… Efficace.

Retour à Paris, et là, c’est la confusion la plus totale. Appels désespérés de malades :

  • Dr vous allez m’opérer mercredi ?
  • A priori oui, pourquoi ?
  • On a reçu un SMS de la clinique disant que toutes les interventions sont ajournées.
  • Ah bon ! On ne m’a rien dit. Je n’ai pas eu de messages m’informant de cela. Je me renseigne….

Appel à la clinique :

  • la chef de bloc est en télétravail…, elle ne répond pas au téléphone. Envoyez-lui un mail. De toute façon l’ARS a lancé le « plan blanc » et a décidé l’arrêt de tous les programmes opératoires pour transformer les blocs et les salles de réveil en réa COVID
  • Mais, mes interventions sont dans 2 jours !!!!
  • Personne ne sait rien, si vous voulez être sûr, annulez-les. On vous dira quand les reprogrammer. On n’opère plus que dans une seule salle et seulement les urgences vitales.
  • Et pour les consultations ?
  • Ah, vous n’avez pas suivi les échanges sur le forum « what’s app » ?
  • Euh non, je n’étais pas informé, pas destinataire, pourquoi qu’est-ce qui se passe. Eh bien votre bureau n’est plus disponible, il est devenu un sas de détection Covid.
  • Et je vais recevoir mes patients où ?
  • Ça va être compliqué car il ne reste qu’un seul bureau pour les 6 chirurgiens et vos confrères se sont répartis toutes les plages en votre absence.
  • Comment je fais alors ?
  • Annulez !!!

Heureusement, j’ai un cabinet personnel dans Paris où je peux m’organiser comme je veux. Je suis chez moi et ne dépend de personne. Avec ma secrétaire (en télétravail) nous passons plein de coups de fils pour déplacer les rendez-vous. Mais évidemment plusieurs patients confondent les lieux de consultation et se rendent au mauvais endroit…Ambiance.

Le problème des masques vient immédiatement au premier plan. Heureusement j’ai retrouvé la dotation que le Gouvernement nous avait fait envoyer en 2011 : 50 masques dont une vingtaine de FFP2. Un trésor périmé peut-être, mais qu’importe…. J’ai aussi stock de gel que j’avais mis de côté au cas où… Je suis prêt à recevoir mes patients en serrant un peu les fesses. Gare à celui qui tousse. J’espace les rendez-vous pour n’avoir pas plus de deux personnes dans la salle d’attente en même temps. Je donne des masques aux patients qui n’en n’ont pas. Ils semblent partir plus content de ce cadeau que d’être venu en consultation.

Cette période de bouleversement social va voir apparaitre un nouveau concept : la téléconsultation. Prévue par la loi depuis plusieurs années, sa mise en place était restée lettre morte parce que la Sécurité Sociale refusait d’en assurer le remboursement. Et oui les fonctionnaires des administrations ont toujours le dernier mot malgré les bonnes intentions de nos députés. Mais là, devant la panique et la nécessité du confinement, elle se décide enfin, mais évidemment avec une minoration du remboursement de 25%. Y-a pas de petites économies. Doctolib s’est engouffré dans la brèche en nous proposant un nouveau service, certes payant mais tellement commode, ce d’autant que ce prestataire assure la perception des honoraires. Un vrai progrès. Mais finalement, ça n’a pas été le raz de marée auquel on aurait pu s’attendre. Une ou deux demandes par journée de consultation. Finalement ça coûte plus cher que ça ne rapporte, mais, bon, ça permet de garder le contact ce d’autant que j’ai beaucoup de patient qui résident en province et pour eux il n’y plus de train, des gendarmes aux péages des autoroutes… Ils restent chez eux.

Au total l’activité tant de bloc que de consultation s’est effondrée. La plupart de mes confrères spécialistes ont carrément fermé leur cabinet et sont partis se confiner dans leur maison de campagne. Pour ma part j’ai laissé mes consultations ouvertes mais j’ai eu une baisse d’activité de 76% de mi-mars à mi-avril.

Au bloc je n’ai eu presque rien et en bataillant rudement. Au début je ne me suis pas trop méfié, je pensais que ça marchait comme d’habitude, mais quelle erreur !

Ainsi un de mes consultants s’est présenté pour une sciatique paralysante. Il fallait l’opérer rapidement. J’ai appelé la clinique pour le programmer dans les jours qui suivaient. Certes ce n’était pas une urgence vitale, mais son déficit risquait de devenir définitif si on ne faisait rien. J’en ai parlé à un anesthésiste et à la directrice. Tout le monde était d’accord : il fallait l’opérer. Hélas c’était sans compter avec la bêtise humaine : la secrétaire des anesthésistes a éconduit le patient de sa propre initiative en lui disant que le bloc était fermé. Désespéré, le patient est allé se présenter aux urgences d’un hôpital de l’Assistance Publique de Paris. Là, réponse positive sans hésitation :« pas de problème cher monsieur, on va vous opérer demain » !!!. Pourtant l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, centre régional de référence, était censée se concentrer exclusivement sur le COVID.

Branle-bas de combat à la clinique de l’Alma. Comme je vous l’ai dit, l’ensemble du bloc, salle de réveil inclue, est transformé en Réa Covid, tout le 4ème étage en secteur Covid pour les patients ne nécessitant pas de réanimation. Les patients affluent de toute l’Ile de France mais particulièrement des Ehpad du groupe qui déversent ainsi leurs patients très âgés contaminés. Presque tout le monde a prêté main forte à l’équipe des soignants pour les soulager car rapidement apparaissent des signes de fatigue chez ceux qui sont en première ligne : anesthésistes, infirmières, aides-soignantes, brancardiers… Finalement au bout du compte on ne déplorera que deux décès. Pas mal, pas mal pour une équipe peu habituée à soigner des insuffisances respiratoires.

L’annonce du déconfinement tombe. Je pense arriver au bout de mes contrariétés. Eh bien pas du tout car le « PlanBlanc » est maintenu. Plus personne ne sait exactement ce que l’on peut faire ou pas…. Chaque passage au bloc se négocie au cas par cas. Il faut justifier de l’urgence relative à faire l’intervention dont le report pourrait constituer une perte de chance pour le patient… Et voilà le juridisme qui revient par la porte de derrière alors que dans ces circonstances exceptionnelles on aurait pu penser que ce serait secondaire.

Actuellement, même si l’étau se desserre progressivement, le fonctionnement des établissements est encore bridé. Je n’imagine pas les pertes abyssales que vont avoir les cliniques privées. Bon nombre vont faire faillite. Une fois de plus la possibilité de choisir entre Public et Privé va être restreinte.

Que conclure de cette période exceptionnelle, sinon que j’ai noté que c’est bien grâce au « système D », à l’imagination de ceux qui était sur le terrain, « les mains dans le cambouis », que finalement pour l’instant l’épidémie de corona virus n’est pas devenue la « peste noire » du 21ème siècle.

Certes nous avons à déplorer 30 000 décès en moins de 3 mois, mais il faut plutôt porter notre regard sur les milliers de miraculés qui ont été sauvés parce que le système n’a pas sauté, car il n’a finalement de justesse pas été débordé par l’inadéquation entre les moyens disponibles et l’ampleur de l’épidémie. Le système hospitalier français s’estadapté à toute allure. Chapeau !

Maintenant, tournons-nous vers l’avenir. Des épisodes catastrophiques comme celui-ci, nous en connaitrons d’autres.Peut-être pas tout de suite, mais statistiquement, c’est inévitable. Il faut nous y préparer et probablement accepter certains sacrifices sur notre petit confort de tous les jours pour anticiper les moyens humains et matériels pour y faire face.

Dr Xavier Loniewski

Président d’honneur du SAMA

L’ASSEMBLEE GENERALE DU SAMA PREVUE LE SAMEDI 13 JUIN 

EST ANNULÉE ET REPORTEE

LA NEWSLETTER DU SAMA DE MARS 2018

GUIDE de la RETRAITE des Médecins 2018

MOT DU PRESIDENT

Mes très cher(e)s Camarades, 

Nombre d’entre nous sont inquiets à propos de leur retraite et certain ont même pu constater qu’elle avait diminuée. L’un d’entre nous a même pu calculer qu’il allait perdre un voyage aux Antilles en 2018. Voilà de quoi nourrir de profondes réflexions… ! 

Vous trouverez ci-joint le Guide à la Retraite 2018 (publié in extenso à la rubrique guide de la retraite), élaboré par le Syndicat des Médecins Concernés par la Retraite, qui j’espère vous sera très utile. 

Très amicalement à tous. 


Dr Xavier LONIEWSKI
Président du SAMA 

COMPTE RENDU DE L’ASSEMBLEE GENERALE H.I.A. STE ANNE A TOULON SAMEDI 9 JUIN 2007

Début de l’Assemblée Générale : 9h

Accueil et émargement des participants à l’Assemblée Générale : remise du dossier de l’ AG.

Le Dr Bernard LEFEVRE prend la parole pour remercier les personnes venues assister à l’Assemblée Générale du SAMA et présente le déroulement de la journée.

groupeEtaient présents les Docteurs : Ph. BARNAUD, Henri BEZES, François BRISSET, Louis CARRET, François DAVID, Jean Luc DUVAL, Jean FEUILLERAT, Gilles FILLIARD, Daniel LAVAUD, Bernard LEFEVRE, Jean Noel LEVEQUE, Laurent MARTINI, Sylvie MONROUX ROUSSEAU, Pierre MOREAU, Patrick NOUAILLE de GORCE, Ph. PEU DUVALLON, Jean Louis PINAUD, Yves PIRAME, Jean Charles REMY, Louis REYMONDON, Pierre SALIOU.

Continuer la lecture